THE ROYAL HOUSE OF BOURBON

 

DOC 6. PRAGMATIC DECREE OF PHILIP III CONFIRMING THE RENUNCIATION OF INFANTA ANNE OF 1612/19

Prohibicion de suceder en estos Reynos la Reyna de Francia doña Ana, y sus descendíentes del matrimonio con Luis XIII.

En las capitulaciones matrimoniales del casamiento del Serenísimo Príncipe, nuestro muy caro y muy amado hijo, con la Serenísima Princesa doña Isabel, y el de la Serenísima Infanta doña Ana con Louis XIII, Cristianísimo Rey de Francia, que se otorgaron en esta villa de Madrid á 22 de Agosto del año de 1612, hay dos capítulos del tenor siguiente:

1. Que por quanto por las Magestades Católica y Cristianísima se ha venido y viene en estos casamientos, para con e,¡ vínculo doblado de ellos perpetuar y asegurar mas la paz pública de la Cristiandad, y entre sus Magestades el amor y hermandad que se desea, y en consideracion de las dichas justas causas que muestran y persuaden la conveniencia de estos casamientos, mediante los quales, y con el favor y gracia de Dios se pueden esperar felices sucesos en gran bien y aumiento de la Fe y religion Cristiana, y beneficio comun de los Reynos, subditos y vasallos de ambas

Coronas; y por lo que importa al Estado y conservacion público de ellas, que siendo tan grandes, no se junten, y queden preve nidas las ocasiones que podía haber de juntarse; y en razon de la igualdad y conveniencia que se pretende, y otras justas razones, se asienta por pacto convencional, que sus Magestades quieren tenga fuerza y vigor de ley establecida en favor de sus Reynos y de la causa pública de ellos, que la Serenísima Infanta Doña Ana, y los hijos que tuviere varones hembras, y, los descendientes dellos y dellas, as¡ primogenitos como segundo, tercero y quartogénitos, y de allí adelante en qualquier grado que se hallen, para siempre jamás no puedan suceder ni sucedan en los Reynos, Estados y Señoríos de S. M. Católica, ni en ninguno de

todos los demas Reynos, Estados y Señoríos, provincias y islas adyacentes, feudos guardianías ¡ti fronteras que S. M. Católica al presente tiene y posee, y les pertenece ó pueda pertenecer, así

dentro de Espafta como fuera della, y adelante S. M. Católica y sus sucesores tuvieren y poseyeren, y les pertenecieren, ni en todos los comprehendidos, inclusos y agregados á ellos, ni en todo lo que en qualquier tiempo se adquíriere y acrecentare á los dichos Reynos, Estados y Señoríos, y recobrare y divolviere por qualquier titulo, derecho ó causa que sea ó ser pueda: y aunque en virtud de él la Serenísima Señora Infanta doña Ana, ó des pues en las de qualesquier sus descendientes primogénitos, segundogénitos ó ulteriores, llegue y suceda el caso y casos, en que por derechos, leys y costumbres de los dichos Reynos, Estados y Señoríos, y de las disposiciones y títulos por de se sucede y pretendíere suceder en ellos, les habia de pertenecer la sucesion, por que della, y de la esperanza de poder suceder en estos dichos Rey nos, Estados y Señorios, desde luego se declara quedar exclusa la dicha Serenísima Infanta, y todos sus hijos y descendientes varones y hembras, aunque digan y puedan decir y pretender, que en sus personas no corran ni se puedan considerar las razones de la causa pública, ni otras en que se pudo fundar esta exclusion: y que á falta (lo que Dios no quiera ni permita) de la sucesion de S. M. Católica, y de los Serenísimos Principes y Infantes, y de los demas hijos que tiene y tuviere, y de todos los

legitimos sucesores, que por toda via, como dicho es, en nigun caso ni tiempo ni acaecimiento han de suceder ni pretender suceder, sin embargo de las dichas leyes, costumbres y ordenanzas y disposiciones en cuya virtud se ha sucedido y sucede en todos los dichos Reynos, Estados y Señorios, y de qualesquier leyes y costumbres de la Corona de Francia, que en perjuicio de los sucesores en ella impiden esta exclusion, así de presente, como en los tiempos y casos de deferirse la sucesion: todas las quales, y cada una dellas sus Magestades han de derogar y abrogar en todo lo que fueren contrarias, ó impidan lo contenido en este capítulo y su cumplimiento y execucion; y se entienda, que por la aprobacion desta capitulacion las derogan y han por derogadas. Y que asimismo sea y se entienda quedar exclusa y exclusos la Señora Infanta y sus descendientes, para no poder suceder en ningun tiempo ni caso en los Estados ni Países Baxos de Flandes, y Condado de Borgoña y Charoloes con todo lo adyacente y perteniecente á ellos, que por donacion de S. M. Católica se dieron á la Serenísima Infanta Doña Isabel, y han de volver á S. M. Católica y sus sucesores. Pero juntamente se declara expresamente, que si (lo que Dios no quiera ni permita) acaesciere enviudar la Serenísima Infanta sin hijos de este matrimonio, que en tal caso quede libre de la exclusion que queda dicha, y capaz de poder suceder en todo lo que le puede pertenecer, en dos casos: el uno, si quedando viuda de este matrimonio y sin hijos, se viniese á España ; el otro, si por conveniencias del bien público y justas consideraciones se casase con voluntad del Rey Católico su padre, y del Príncipe de las Españas su hermano, en los quales ha de quedar capaz y hábil para poder heredar y suceder.

2. Que la Serenísima Infanta doña Ana, luego que haga cumplido la edad de doce años, y ántes de celebrar y contraer el matrimonio, haya de otorgar escritura, obligándose por sí y sus sucesores al cumplimiento y observancia de lo suso dicho, y de la exclusion suya y de sus descendientes; aprobándolo todo segun y como se contiene en esta capitulacion, con las claúsulas necesarias y juramentos ; insertando esta capítulacion, y la escritura de obligacion y aprobacion que su Alteza hubiere otorgado. Hará otra tal juntamente con el Rey Cristianísimo, luego que con S. M. se haya casado ; la qual se haya de registrar y pasar por el Parlamento de Paris en la forma y con las fuerzas acostumbradas: y S. M. Católica haya de aprobar la dicha renunciacion y ratificacion en la forma y con las fuerzas acostumbradas: y hechas las dichas renunciaciones, ratificaciones y aprobaciones, ódexadas de hace¡-, desde agora (en virtud de esta capitulacion, y del matrimonio que se siguiere en razon della) se dan por hechas y otorgadas.

Y en execucion y cumplimiento de lo contenido en los dichos capitulos de suso insertos, la dicha Serenísima Infanta Doña Ana, Reyna Cristianísima de Francia, otorgó escritura de confirmacion y ratificacion de todo lo en ellos contenido, para que inviolable y sinceramente se guardasen y cumpliesen, como mas largo consta por la dicha escritura, que fué fecha y otorgada en la ciudad de Burgos á 16 de octubre de 1615.

Y por quanto el Reyno, estando junto en Córtes, en las que se celebraron el año de 1618, deseando que lo contenido en los dichos capítulos se guarde y cumpla como en ellos se contiene, nos ha suplicado hiciésemos y mandásemos promulgar ley, para, que lo suso dicho tuviese cumplido efecto: visto por los del nuestro Consejo, fué acordado, que debiamos mandar, como mandamos, que lo contenido en los dichos capítulos y escrituras se guarde y cumpla y execute perpetuamente, segun y como en los dichos capítulos suso incorporados se contiene.

RETURN TO ESSAY ON FRENCH SUCCESSION

DOC 7. RENUNCIATION OF THE INFANTA MARIA TERESA TO THE THRONE OF SPAIN IN HER MARRIAGE CONRTACT WITH LOUIS XIV, 7 NOV 1659

« Art. 2. Que Sa Majesté catholique promet et demeure obligée de donner et donnera à la sérénissime Infante dame Marie-Thérèse, en dot et en faveur de son mariage avec le Roi très-chrétien de France... la somme de 500 mille écus d'or sol, ou leur juste valeur, en la ville de Paris.

» Art. 4. Que, moyennant le payement effectif fait à Sa Majesté trés-chrétienne de ces 500 mille écus d'or sol.., ladite sérénissime Infante se tiendra pour contente du susdit dot, sans que par ci-après elle puisse alléguer aucun droit.. pour cause des héritages et plus grandes successions de Leurs Majestés catholiques, ses père et mère,... attendu... qu'elle en doit demeurer excluse et, avant l'effectuation des épousailles, elle en fera la renonciation en bonne et due forme...

"Art. 5. Que d'autant que Leurs Majestés très-chrétienne et catholique sont venues et viennent à faire le mariage, afin de tant plus perpétuer, par ce noeud et lien, la paix publique de la chré- tienté, et, entre Leurs Majestés, l'amour et fraternité que chacun espère en elles; et en contemplation aussi des justes et légitimes causes qui montrent et persuadent l'égalité et convenance dudit mariage... comme aussi pour ce qu'il touche et importe au bien de la chose publique et conservation desdites couronnes, qu'étant si grandes et si puissantes, elles ne puissent être réduites en une seule, et que dès à présent on prévienne les occasions d'une pareille jonction. Doncques …. Leurs Majestés accordent et arrêtent par contrat et pacte conventionnel entre elles... que la sérénissime Infante d'Espagne, dame Marie-Thérèse, et les enfants procréés d'elle, soit mâles ou femelles, et leurs descendants... en quelque degré qu'ils se puissent trouver, voire à tout jamais, ne puissent succéder aux royaumes, états, seigneuries, dominations, qui appartiennent et appartiendront à Sa Majesté catholique.

Art. VI. Que la Séréniss. Infante Dame Marie-Thérèse, avant que de célébrer le Mariage, par paroles de présent, donnera, promettra et octroyera son écrit, par lequel elle s'obligera, tant pour elle que pour ses Successeurs et Héritiers, à l'accomplissement et observation de tout ce que dessus, et de son exclusion et de celle de ses Descendans; approuvera le tout il est contenu en cette présente Capitulation, avec les Clauses et Juremens nécessaires, et requis. Et en insérant la susdite obligation et ratification, que Son Altesse aura donnée et faite la présente Capitulation, et elle en fera une autre pareille semblable conjointement avec le Roi Très-Chrétien, si-tôt qu'elle sera enregistrée au Parlement de Paris, selon la forme accoutumée, avec les autres clauses nécessaires. Comme aussi de la part de Sa Majesté Catholique, elle fera approuver et ratifier la Renonciation et Ratification, en la forme et force accoutumée, avec les autres clauses nécessai

res; la fera aussi enregistrer en soir Conseil d'Etat. Et soit que les dites Renonciations, Ratifications et Approbations soient faites, ou non faites, dès à présent, en vertu de cette Capitulation et du Mariage qui s'ensuivra, et cri contemplation de toutes les susdites choses, elles seront tenues et censées, pour bien et deüement faites et octroyées, et pour passées et enregistrées dans le Parlement de Paris, par la publication de la paix dans le Royaume de France."

RETURN TO ESSAY ON FRENCH SUCCESSION

DOC 8. RENUNCIATION OF THE INFANTA MARIA TERESA 2 JUN 1660

"Partant de mon propre mouvement, libre, spontané et agréable volonté, et ayant certaine science et connoissance de l'acte que je fais, et de ce qu'il importe et peut importer mon consentement, il approuve, confirme et ratifie en la voye et forme que mieux je puis et dois, ledit accord selon et de la façon qu'il est contenu plus particulièrement dans ledit article 8, et, en cas qu'il sembleroit nécessaire et convenable, je donne mon pouvoir absolu et suffisant au Roi mon seigneur et au Roi Très-Chrétien, à ce qu'il le puisse arrêter et accorder de nouveau. Quoique en vertu et accomplissement dudit article, je tue déclare et tiens pour excluse, éloignée, et les enfans et descendans de ce mariage exclus et inhabilitez absolument et sans limitation, différence ou distinction des personnes, degrez ; sexe et temps de l'action et droit de sitecéder aux Royaumes, Estats, Provinces, terres et seigneuries de cette couronne d'Espagne exprimez, et déclarez par icelui, et que je veux et consens pour moi et lesdits miens descendants que dès maintenant, comme pour lors, l'on les tienne pour cédez et transférez à celui qui se trouvera le plus proche en degré (à cause que moi et eux nous sommes exclus, inhabiles et incapables) et immédiat au Roi, par la mort duquel il vaquera et ce, devra régler et déférer la succession desdits Royaumes, et afin qu'il les tienne et possède comme légitime et vrai successeur, de même façon que si moi et mes descendants ne fussions pas néz, ni étions au monde, parce que nous devrions être tenus et réputez pour tels, afin qu'en ma personne et en la leur, l'on ne puisse considérer ni faire fondement de représentation active ou passive principe on continuation de lignée effective ou contentive de substance, de sang ou de qualité, ni tirer la descendance et computation des degrez, de celle du roi mon seigneur, ni de celle des glorieux rois ses prédécesseurs, ni pour aucun autre effet, afin d'entrer en la succession ou préoccuper le degré de proximité, et d'en exclure la personne qui se trouvera (comme dit est) proche en degré; et je promets et m'oblige, en foi et parole royale, qu'en tout ce qui dépendra de moi et de mes dits enfans et descendans, l'on procurera tout et en tout temps que l'observation et accomplissement du dit article, et de ce mien acte, que je fais pour son approbation et confirmation, soit inviolable, sans permettre ni consentir que l'on aille, ou agisse, au contraire, dircetement au indirectement, en tout ou eu partie ; et je désiste et cède tous et quelconque.,; remèdes, sceux on ignorez, ordinaires ou extraordinaires, et qui nous pourraient appartenir par di-oit commun ou privilége spécial, à moi ou à mes dits enfans et descendans, pour réclamer, dire et alléguer contre ce que dessus, et je renonce à tous et spécialement à celui de la restitution in integrum, fondée sur l'ignorance ou inadvertance de ma minorité, ou sur la lésion évidente, énorme et très-énorme que l'on pourroit considérer être intervenue dans la desistance et renonciation du droit de pouvoir succéder en aucun temps à tant et à de si grands Royaumes, Estats et Seigneuries, et je veux que nul des dits remèdes ni aucuns autres, de quelconque nom, caractère, importance et qualité, qu'ils soient, nous servent et puissent servir judiciellement oit extrajudiciellement, et que si nous les intentions ou tachions de les déduire en voye de justice et contestation l'on nous demie et ferme toute sorte d'audience ; et si de fait ou si quelconque couleur mal prétendue, défaut de la justice (parce que nous n'en avons aucune pour succéder aux dits Royaumes), nous les voulussions occuper par force d'armes, faisant ou mouvant guerre offensive, que dès maintenant, comme pour lors, l'on la tienne juge et déclare pour illicite, injuste et mal attentée, et pour violence, invasion et usurpation tirannique et faite contre raison et conscience; et, qu'au contraire on juge et qualifie pour juste, licite et permise, celle qui se viendroit à faire ou mouvoir par celui qui y devroit succéder àmon exclusion et de mes dits enfans et descendans, lequel les sujets et habitans devront recevoir et obéir, lui faire et prêter serment et l'hommage de fidélité et le servir comme il leur roi et seigneur légitime ; et j'affirme et certifie que pour octroyer cet acte je n'ai été induite, attirée ni persuadée par le respect et vénération que je dois et ai pour le Roi mon seigneur, comme àprince si puissant et père qui m'aime tant et que j'aime, et qui me tient et m'a tenue sous sa puissance paternelle, parce que véritablement en tout ce qui se passe et s'est passé au regard de la conclusion et effet de ce mariage touchant le dit accord et article de mon exclusion et de celle de mes descendans, j'ai eu toute la liberté que j'ai pu souhaiter pour dire et déclarer ma volonté, sans que de sa part, ou d'aucune autre personne, l'on m'ait fait aucune peur ni menace pour m'y induire et attirer à faire aucune chose contre elle, et que pour plus grande validité et assurance de ce qui est dit, et promis de ma part, je jure solennellement par les évangiles contenus dans ce missel (sur lequel je mets ma main droite), que je le garderai, maintiendrai et accomplirai en tout et partout et que je ne demanderai point de dispense de ce serment à notre très-saint père, ni au saint-siége apostolique, ni à son légat ou à aucune dignité qui auroit faculté de me la pouvoir octroyer, et que si l'on me l'octroyoit à mon instance on de quelconque université ou personne particulière ou motu proprio encore que ce seroit seulement afin de pouvoir entrer en jugement, sans toucher à la substance des dits remèdes, et de la force de cet acte et du traité que j'approuve par icelui, je ne me prévaudrai point ni m'en servirai; au contrairé, en cas que l'on me l'octroyerait, je fais un autre semblable serment afin qu'il y en ait et demeure toujours un sur toutes les dispenses qui me seront octroyées, et sous le même je dis et promets que je ne fais ni ferai aucune protestation on réclamation en public ou en secret qui puisse empêcher ou diminuer la force du contenu en cet acte et que si je la fais (encore qu'elle soit sous serment), qu'elle ne sera d'aucune valeur et ne puisse avoir aucune force ni effet, et je supplie Sa Sainteté, que puisque ce mariage et son traité a été conclu et accordé avec sa sainte et apostolique approbation., et se doit effectuer et célébrer avec sa bénédiction, elle soit servie d'accroître la force du lien et religion de ce serment par l'autorité de sa confirmation apostolique, et je pi-omets et m'oblige qu'en conformité et accomplissement de l'article 6 ci-dessus mentionné, aussitôt que j'arriverai au lieu où le Roi Très-Chrétien me doit recevoir, je ferai et ferai faire, avec son intervention et autorité et conjointement avec S. M. Très-Chrétienne et avec toutes les clauses, serments et conditions nécessaires et convenables, un autre semblable acte de confirmation et ratification de celui qui a été fait et dépêché dans cette cité de Fontarabie, où se trouve à présent le Roi Catholique mon seigneur, avec sa cour et palais, la second jour de juin de cette année 1660, en présence du roi notre maître."

RETURN TO ESSAY ON FRENCH SUCCESSION

DOC 9. EXTRACT FROM TESTAMENT OF PHILIP IV, KING OF SPAIN

"Dans tous les temps et àges passés, on s'est servi d'u ne particulière circonspection en faisant les mariages des Infantes d'Espagne avec les Rois de France, à cause des inconvénients qui résulteraient de la conjonction et de l'union de ces deux couronnes... ce que pour éviter, et pour faciliter les mariages entre les deux couronnes, pour l'utilité des vassaux réciproques et des États en géneral, on a, empéché leur union par une convention... A cet effet, l'Infante , ma soeur, dut renoncer pour elle et ses descendants , à succéder à mes royaumes. .

"Suivant cet exemple... on a ajouté les chapitres 5 et 6 (ci-dessus rapportés), aux traités contracés par moi et par le Roy très-chrétien Louis XIV... touchant la paix et le mariage contractés entre l'Infante Marie-Thérèse , ma très-chere fille, et ledit Roi.…….

"Comme père et maitre naturel de mes royaumes... afin d'éviter les dommages qui pourraient résulter de la conjonction des deux couronnes... je déclare que ladite Infante Marie-Thérèse, ma fille, et tous ses descendants de ce mariage... seront, resteront et sont exclus de succéder en mes royaumes à perpétuité, tout de même que s'ils n'étaieut point nés."

RETURN TO ESSAY ON FRENCH SUCCESSION